vendredi 11 décembre 2009

Le Renouveau français, ou l’identité nationale façon “medieval faf”


Le Renouveau français, ou l’identité nationale façon “medieval faf”
Le débat sur l’identité nationale a permis au Renouveau français (RF) de faire l’une de ses rares sorties publiques. Mercredi 9 décembre, un cinquantaine de ses militants se sont rassemblés dans la soirée, place Jacques-Bainville (historien qui fut militant à l’Action française) à Paris, à deux pas du siège du PS, rue de Solferino.

Le RF, groupuscule nationaliste, catholique et contre-révolutionnaire est apparu fin 2005 et a succédé à la Garde franque qui existait au début des années 2000 sur une même ligne politique. Son “chef national”, Thibaut de Chassey, âgé d’une petite trentaine d’année, était connu, il y a une dizaine d’années, sur les campus parisiens, par le pseudonyme qu’il utilisait alors: “Sigdebert, medieval faf”. Selon M. de Chassey, le RF regrouperait en région parisienne, une “centaine de membres”, “jeunes”, ce qui en ferait, selon lui, la principale force nationaliste dans la jeunesse en Ile-de-France.



Mercredi soir, M. de Chassey a dénoncé devant ses troupes un “faux débat”, affirmant qu’il est impossible de “s’exprimer librement sur la question de l’identité française et notamment de l’identité charnelle” en raison de la législation. Pour lui, c’est au nom d’une “conception républicaine de la nation que les Vendéens ont été considérés comme des non-Français, des non-humains, et ont été génocidés”. Prônant une définition racialiste de l’identité française, Thibaut de Chassey n’hésite pas à affirmer :“Un veau qui naît dans une écurie ne sera jamais un cheval”. “Sarkozy et sa troisième femme incarnent cette volonté destructrice [de la nation]. Ils ne sont pas Français ni par la chair, ni par l’esprit. Ces gens là sont des déracinés, des apatrides”. Et de conclure par cette phrase qui nous a rendus perplexes: “Nous préférons rester dégénérés et consanguins aux yeux de Sarko, et garder notre identité”. C’est alors que sont venus les chants, avec, en vedette “américaine”, Goldofaf, célébrité du milieu, en tant que “rappeur nationaliste”. (Ici , la reprise - que l’on suppose autoproduite - de “Gravé dans la roche” du groupe Sniper par Goldofaf). Ce dernier a pris le micro, devant ses “camarades” qui tenaient oriflammes et flambeaux, pour entonner “Claquez bannières”. Morceaux choisis: “Claquez bannières de chrétienté/ Contre révolution/Notre honneur est fidélité/ Gardons la Tradition/Chez nous Dieu premier servi/La France est aux Français/Travail, Famille, Patrie/Nos devises sont fixées/Dehors escrocs libéraux/ Valets des communistes/Complices des bourreaux/Compères des socialistes.”

Avant de se disperser au son des “Lansquenets” dans sa version “hard”, avec ce quatrième couplet: “Demain nous irons au combat, faïlala/La croix celtique guidera nos pas, faïlala/Que crèvent les marxistes et les capitalistes/Au rythme des hauts tambours des lansquenets. (bis)”.

Le RF s’inscrit dans une tradition ancienne de l’extrême droite, longtemps incarnée par Pierre Sidos et son mouvement l’Oeuvre française: pétainiste -”il faut rendre à la France un Etat français, un Etat national” déclarait mercredi soir de Chassey-, antisémite, pro-Algérie française et traditionaliste. Plutôt issus de milieux bourgeois (et de l’ouest parisien), les militants du RF aiment à se donner un look “casual”, à savoir: blouson type Harrigton , polo Fred Perry, jean, baskets et casquette Lonsdale .

Le Renouveau ne rechigne pas, en outre, à des actions violentes et participe à beaucoup d’”évènements” unitaires de l’extrême droite parisienne. On pouvait ainsi voir M. de Chassey et ses militants, le 9 mai 2009, pour la messe à St-Nicolas-du-Chardonnet en l’honneur de Sébastien Deyzieu (militant proche de l’Oeuvre française, mort en 1994) et qui a regroupé le presque-Tout-Gotha de l’extrême droite radicale, notamment de nombreux skinheads.

[NDLR: Après vérification vidéo, il apparaît que les militants du RF ont chanté une version quasi-intégrale, et non pas intégrale, du fameux 4e couplet des Lansquenets, mercredi soir. Il n’a pas été chanté “Que crèvent les marxistes et les juifs capitalistes“ (version intégrale) mais : “Que crèvent les marxistes et les capitalistes“.]
source: lemonde.fr

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.