samedi 13 mars 2010

Le tribunal de Marseille a ordonné le retrait d'une affiche électorale du Front national


Le tribunal de Marseille a ordonné le retrait d'une affiche électorale du Front national représentant une femme en niqab devant une carte de France recouverte d'un drapeau algérien et de minarets.

Le parti d'extrême droite est condamné à "faire procéder à son retrait de tous les supports sur lesquels elle a été placée, de quelque nature qu'il soit, dans un délai de 24 heures (...) sous astreinte de 500 euros par jour de retard", dit le jugement dont Reuters a eu copie.

Cette affiche proclamant "non à l'islamisme", que le parti de Jean-Marie Le Pen dit utiliser pour figurer le supposé danger d'islamisation du pays, est considérée comme raciste par des associations, dont la Licra (Ligue contre le racisme et l'antisémitisme), qui ont porté plainte pour obtenir son retrait.

L'affiche, placardée par le mouvement de jeunesse du FN en Provence-Alpes-Côte d'Azur, imite celles qui plaidaient pour le "oui" au référendum suisse de novembre dernier sur l'interdiction de la construction de nouveaux minarets.

Pour slogan, on peut lire: "Non à l'islamisme, la jeunesse avec Jean-Marie Le Pen".

"C'est une affiche qui veut faire peur", a plaidé Me Michel Pezet, qui a réclamé au nom de la Licra son retrait de l'affichage et du site internet du Front national.

"Elle montre la haine et la violence. Pour les besoins d'une cause, on 'caricaturise' l'islamisme", a-t-il dit.

Tête de liste du FN dans la région Provence-Alpes-Côte d'Azur, Jean-Marie Le Pen a assisté à l'audience.

"Il faut noter l'acharnement de ceux qui ont déjà été déboutés. Ils veulent se faire de la pub", a affirmé le président du parti d'extrême droite en marge des débats.

"Cette affiche fait partie de la liberté d'opinion", a-t-il conclu.

Jean-François Rosnoblet, édité par Yves Clarisse

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.