jeudi 26 août 2010

Uyoku dantai, panorama du mouvement national japonais par Christian Bouchet




Le récent séjour de Jean-Marie Le Pen au Japon, à l'invitation d'un mouvement nationaliste local, a fait découvrir à beaucoup qu'une droite des valeurs existait aussi au pays du soleil levant et qu'elle s'intéressait à ses épigones occidentaux. Pour nous aider à connaître son histoire, ses idées et ses projets, il est inutile de faire appel à l'université française : aucune étude ne lui a jamais été consacrée dans notre langue. Les journalistes de la grande presse n'ont pas fait mieux : il n'existe aucun article de fond sur le sujet et les quelques papiers qui ont fleuri dans les gazettes ces dernières semaines se sont caractérisé par leur indigence conceptuelle et par la faiblesse de leurs sources. Pourtant, il y aurait beaucoup à écrire sur l'uyoku dantai (le mouvement national).



Personne ne sera surpris d'apprendre que, tout comme en Europe, la droite radicale japonaise est divisée en de multiples chapelles que les universitaires nippons regroupent en quatre familles cohérentes : la droite traditionnelle (Dento uyoku), la droite du profit (Riken uyoku), la droite délinquante (Ninkyo uyoku) et la nouvelle droite (Shin uyoku).



La droite traditionnelle, apparue à la fin du XIXème siècle, correspond à la fraction la plus réactionnaire du mouvement national. Elle est divisée en deux tendances : la droite théorique (Riron-ha uyoku) et la droite orientée vers l'action (Kodo uyoku). Si la première est constituée de sociétés savantes, de cercles d'études et de think tank, la seconde est toute entière tournée vers un militantisme de type paramilitaire souvent violent qui transparaît clairement dans le nom des groupes qui la constituent (Corps de protection national, Escouades de défense anti-communiste, etc.)



La droite du profit a été crée au lendemain de la deuxième guerre mondiale et est constituée par ceux qui, au nom de l'anti-communisme et de la défense du monde libre, choisirent volontairement de travailler en liaison avec de le Département d'État américain et la CIA. Sa personnalité emblématique est Yoshio Kodama qui fonda le Conseil des groupes patriotiques japonais en 1960 et dont les troupes n'ont cessées d'être actives, jusqu'à nos jours, pour lutter contre tous les adversaires des États-Unis, défendre le traité de coopération et de sécurité Japon-USA, ainsi que pour dénoncer le péril que font courir à l'archipel la Chine, la Russie et la Corée.



C'est aussi à Yoshio Kodama que l'on doit l'apparition de la droite délinquante ou « droite yakuza ». À la recherche de gros bras pour ses actions les plus musclées, il fit des alliances avec des gangs de malfrats qui, voyant l'intérêt qu'ils pouvaient en retirer, se politisèrent et s'enkystèrent dans la mouvance. Leur existence, toujours d'actualité, pose un problème majeur à l'ensemble du courant national qu'ils compromettent par un certains nombres d'actions délinquantes récurrentes dissimulées sous un masque politique : extorsion de fonds, chantages, etc.



Tous ces groupes partagent une idéologie similaire centrée sur culte de l'Empereur et le patriotisme, mais la guerre froide a fait qu'ils ont modéré ce dernier en acceptant l'hégémonie américaine sur leur pays et les traités inégaux signés entre Tokyo et Washington. De plus, leur anti-communisme les a rendus hostile à toute organisation syndicale et inaptes à toute réflexions géostratégiques. Ce qui fait qu'ils se sont progressivement éloignés des préoccupations réelles de leurs concitoyens et que leur audience politique est nulle, ou presque, comme le montre les résultats de leur front électoral le Ishin seito shimpu (Parti de la restauration du vent nouveau) dont les résultats aux législatives furent de 0.077 % en 2001, de 0.18 % en 2004 et de 0.24 % en 2007 !



En réaction contre ce que nous venons de décrire, est née la « nouvelle droite ». Son origine remonte aux troubles estudiantins de la fin des années 1950 et des années 1960. Le 19 janvier 1960 fut signé entre les USA et le Japon un traité de coopération mutuelle et de sécurité. Sa négociation et sa signature furent l'objet de très importante manifestations de la jeunesse et des étudiants encadrés par l'extrême gauche. Celle-ci maintint par la suite comme une revendication récurrente l'exigence son abrogation, et lors du mai 68 japonais (qui s'étala dans les faits de janvier 1968 à janvier 1969) la lutte contre le traité était toujours un point important du programme du Zangakuren (l'UNEF nippone). De leur côté, les droites traditionnelles avaient suscitées la Ligue des étudiants japonais (Nichigakudo), une sorte de GUD à la japonaise, qui s'affrontait quasi-militairement aux gauchistes, tandis que le Conseil des groupes patriotiques japonais mobilisait en faveur du traité. Ce positionnement ne satisfaisait pas, loin sans faut, tous les étudiants nationalistes. Certains d'entre eux, regroupés autour du périodique Ronsho entendaient faire entendre la voix des jeunes patriotes qui étaient opposés au traité et à l'impérialisme américain. En 1968, ils reçurent l'appui de l'écrivain Yukio Mishima sous la direction duquel ils formèrent la Tatenokai (Société du bouclier). Ses membres qui n'hésitaient pas à participer aux débats qu'organisaient l'extrême gauche dans les universités furent immédiatement dénoncés par les droites traditionnelles et de profit comme des « traîtres et des vendus au communisme. » Cependant, le groupe prospéra et, le 25 novembre 1970, il tenta d'inciter les élèves officiers de Tokyo à se soulever pour rétablir l'Empereur dans la plénitude de ses droits. Le coup d'État militaire ayant échouée, les deux principaux dirigeant de la Tatenokai se suicidèrent de manière traditionnelle par éventration.



Les partisans de Mishima ne cessèrent pas le combat et, en 1972, ils fondèrent la Société du premier mercredi (Issuikai), doublé, à partir de 1981, par un groupe activiste, le Front uni des volontaires (Toitsu sensen giyugun) qui dans le cadre d'une politique de troisième voie monta de nombreuses action de commando pour s'en prendre à des objectifs soviétiques et étasuniens (ambassades, consulats, siège d'agence de presse, etc.)



Si l'action du Front uni des volontaires a décru avec le temps, celle d'Issuikai n'a jamais cessée et son actuel dirigeant, Kimura Mitsuhiro, qui n'a jamais renoncé à la pratique des débats avec les groupes d'extrême gauche initiée par la Société du bouclier est fréquemment interviewé par tous les grands médias japonais.



Défendant des thèses assez proches de celle des nationalistes-révolutionnaires européens (comme eux, par exemple, il ne cache pas son admiration pour le Baath de Saddam Hussein) Kimura Mitsuhiro n'hésite pas à déclarer : « Nos seuls ennemis sont l'ambition hégémonique américaine et nos politiciens qui soutiennent les Etats-Unis. Les problèmes récurrents que nous avons avec la Chine ou la Corée, sont dus à des manœuvres des USA. Je suis un nationaliste japonais, et de ce fait je me dois de respecter tous les autres nationalistes, y compris les Chinois ou les Coréens. Les Américains nous parlent de démocratie en Asie, mais que font-ils dans le même temps en Irak ou au Kossovo ? »



Cette déclaration très moderne et très politique, ne doit cependant pas faire oublier que, même au d'Issuikai le militantisme est un engagement qui dépasse la politique et qui s'apparente à une voie de réalisation martiale, c'est l'uyoku ronin do (la voie du militant nationaliste) que décrit Ninagawa Masahiro, un militant de cette société : « Notre combat n'est pas réellement idéologique, il est surtout émotion et passion. Un samouraï n'agit pas de manière logique, deux valeurs conditionnent sa vie : être fidèle et se préparer à bien mourir. Le patriotisme est pour nous passion et émotion. C'est pour cela que les militants de gauche ne peuvent pas nous comprendre et nous prennent pour des fous. »



Christian Bouchet

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.