dimanche 12 décembre 2010

Un pacte entre l'Intérieur et la LICRA

La presse nous apprend la signature d¹une "convention" entre le ministère de
l¹Intérieur et une association de la loi de 1901, la Ligue contre le racisme
et l¹antisémitisme dite la LICRA. En vertu de cet accord, chaque
commissariat de police, chaque gendarmerie recevra pour diffusion la
documentation de la LICRA. Une formation à l¹antiracisme est prévue dans les
écoles de police et de gendarmerie. Une coopération avec la LICRA est prévue
en matière de "veille sur internet" pour prévenir les "dérives" sur la Toile
complétée par des "échanges de statistiques".
  Voilà que le ministère de l¹Intérieur devient ainsi formellement non
seulement le financier de la LICRA au travers des subventions versées à
cette association, mais au surplus, son informateur.
  En outre, cette démarche ne manque pas de soulever un certain nombre de
questions, notamment de nature juridique. Est-il légal que le gouvernement
passe une convention avec une association de la loi de 1901 en l¹associant
étroitement aux prérogatives de la puissance publique en matière de
répression des dérives alléguées du racisme?
  Est-il normal que cette association précise soit privilégiée par le
gouvernement alors que le MRAP, la Ligue des Droits de l¹Homme, SOS Racisme,
sans compter les autres, sont laissées en dehors de cet accord?
  Est-il légal que policiers et gendarmes, dont ce ne sont pas les
fonctions reconnues par l¹Etat, se fassent les agents involontaires de la
publicité de la LICRA?
  Sous couvert de lutter contre le racisme et l¹antisémitisme, avec cette
convention, un pas supplémentaire vient d¹être franchi vers l¹instauration
en France d¹une véritable police de la pensée.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.