jeudi 22 juillet 2010

foot et religion


Des imams malaisiens se prononcent contre le port du maillot de Manchester

LEMONDE.FR avec AFP | 21.07.10 | 15h20 • Mis à jour le 21.07.10 | 17h05

Les musulmans malaisiens ne doivent pas porter le célèbre maillot du club de football anglais de Manchester United car le diable est représenté sur son écusson. Telle est la règle édictée mercredi 21 juillet par de hauts responsables religieux du pays.

Le port des maillots de plusieurs équipes de premier plan comme le Brésil, le Portugal, la Serbie, la Norvège et Barcelone est également déconseillé car la croix est symbolisée sur leur emblème. "C'est très dangereux. Nous, les musulmans, ne devons pas porter les symboles d'autres religions ou du diable", a déclaré Nooh Gadot, un responsable religieux de l'Etat de Johor (sud). "Cela va saper notre foi en l'islam (...). Même s'il (le maillot) est un cadeau, nous devons le refuser", a-t-il ajouté.

"LE DIABLE EST NOTRE ENNEMI"

Le responsable a précisé qu'il ne s'agissait pas d'une fatwa, ou avis religieux, contre ces maillots, mais d'un conseil donné aux musulmans pour qu'ils sachent ce qui est juste ou non.

Surnommés les "Red Devils" (Diables rouges), les joueurs de Manchester United, l'un des meilleurs clubs d'Europe, sont extrêmement populaires en Malaisie comme dans le reste de l'Asie. "Le diable est notre ennemi. Porter son image ne fait que le promouvoir", a dénoncé un autre responsable religieux de l'Etat de Perak (nord).

La Malaisie est généralement considérée comme un pays musulman modéré mais des imams conservateurs ont édicté plusieurs avis controversés ces dernières années, comme l'interdiction des pratiques traditionnelles du yoga qui font référence à l'hindouisme.

http://www.lemonde.fr/sport/article/2010/07/21/des-imams-malaisiens-se-prononcent-contre-le-port-du-maillot-de-manchester_1390477_3242.html#xtor=AL-32280397

mange tes morts!


Le corps d'un homme a été enlevé lundi matin à l'hôpital de Seine-Saint-Denis par sept proches, dont quatre le veillaient, a révélé mercredi PPrama, la lettre hebdomadaire de la préfecture de police (PP).

Lundi vers 04H00 du matin, quatre hommes, qui veillaient dans la chambre funéraire de l'hôpital de Montfermeil (Seine-Saint-Denis) le corps d'un Roumain âgé de 68 ans appartenant à la communauté des gens du voyage décédé d'un cancer, ont téléphoné à trois amis qui ont fait irruption dans la chambre une heure plus tard, selon les enregistrements des caméras vidéo de l'établissement.

Les sept personnes ont alors installé le cadavre dans un fauteuil roulant et, après un court périple dans les couloirs de l'hôpital, l'ont transféré sur un brancard avant de le charger dans un fourgonnette qui a rapidement quitté les lieux.

Les enquêteurs tentaient toujours mercredi de retrouver le cadavre et les sept hommes, ces derniers encourant 5 ans d'emprisonnement pour vol aggravé en réunion.

mardi 13 juillet 2010

Des bagarres au Parc Astérix


Des bagarres au Parc Astérix
En moins de deux mois, deux altercations dans des files d'attente du Parc Astérix ont dégénéré en bagarres violentes.
Quatre amis originaires de Gisors (Eure), attendaient leur tour dans la file d'attente de l'attraction phare du parc: le manège "Tonnerre de Zeus". Quand tout a dégénéré. Un groupe de jeunes du Val-d'oise qui entendaient les doubler ont roué de coups un homme du groupe qui a refusé de les laisser passer. Une dizaine de jeunes, dont des filles, se sont acharnés sur lui. Porté à terre, il est touché à la mâchoire, à l'arcade, et ressort avec de multiples contusions au visage. Transporté à l'hôpital, il se verra délivrer cinq jours d'incapacité totale de travail. Les autres membres du groupe ont également été touchés, et sont ressortis légèrement blessés. 14 personnes ont été arrêtées sur place. Dix personnes, dont trois mineurs, étaient encore en garde à vue lundi soir. Elles devaient être libérés ce matin.


Ce déclenchement de violence n'est pas inédit au Parc Astérix. Il y a près de deux mois, les enfants d'une famille originaire du Pas-de-Calais avaient été roués de coups sur le parking. Eux aussi avaient refusé de céder leur place dans une file d'attente. Malgré ces agression, le directeur du parc d'attraction se veut rassurant: "le parc Astérix n'est pas un champ de bataille", a-t-il déclaré dans une interview accordée à TF1, en assurant que cet épisode de violence est "marginal". Il assure également que les effectifs de sécurité sont passés de 15 à 20 personnes.

lundi 12 juillet 2010

Le Parti démocratique serbe décore Radovan Karadzic


Le Parti démocratique serbe décore Radovan Karadzic

A la veille de la commémoration du massacre de Srebrenica, le Parti démocratique serbe (SDS) a rendu hommage samedi à son fondateur Radovan Karadzic, actuellement jugé à La Haye pour son rôle dans ces exactions.

Le dirigeant du SDS Mladen Bosic a remis une décoration à Ljiljana, l'épouse de Radovan Karadzic. L'ancien chef politique des Serbes de Bosnie était absent pour cause de procès devant le TPIY (Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie).

Mladen Bosic a déclaré que le SDS, qui fêtait samedi le 20e anniversaire de sa création, n'avait pas honte de son passé.

Radovan Karadzic est actuellement jugé à La Haye pour génocide et crimes de guerre, notamment pour son rôle dans le massacre de Srebrenica, où environ 8.000 musulmans ont été tués par les troupes du général bosno-serbe Ratko Mladic en 1995.

La Bosnie marquera dimanche le 15e anniversaire de ce massacre, en organisant les funérailles de 775 victimes. Trouvées dans des charniers et identifiées grâce à des analyses ADN, elles seront enterrées dimanche aux côtés de 3.831 autres victimes déjà inhumées. AP

mondial 2010 victoire de la vielle europe!

Concert le jeudi 15 juillet 2010 - Docteur Merlin

samedi 10 juillet 2010


Equipe de France: la FFF a payé un avion privé pour le dentiste de Gallas

CHRONOFOOT ven, 09 juil 12:00:04 2010

Le défenseur des Bleus, qui souffrait d'un mal de dents lors du stage en Tunisie, a exigé que la FFF affrète un avion privé pour faire venir son dentiste habituel. Coût de la facture: 25 000 euros.

Les révélations continuent autour de l'équipe de France. Selon le 10Sport, William Gallas a coûté cher lors du stage de préparation. Alors que les joueurs étaient en stage en Tunisie, et plus précisément à Sousse, pour bien préparer le Mondial, Gallas a une nouvelle fois fait des siennes.

Souffrant d'un mal de dents, il n'a pas souhaité se faire soigner par un dentiste local, et a exigé de la FFF qu'elle fasse venir son dentiste personnel en Tunisie. Cette dernière s'est bien entendue empressée de le faire. Un avion privé a été affrété pour "l'homme à la fraise", une chambre à l'hôtel des Bleus lui a été réservée, le tout pour la modique somme de 25 000 euros. Le dentiste est arrivé vers 22 heures et a soigné Willian Gallas le lendemain matin.

Dès lors, souvenons-nous de cette phrase prononcée par l'international français: "Domenech nous a martelé: 'Mettez votre ego de côté'. Mais je pense que lui a oublié de le faire." Il semblerait que lui aussi. Dans les Inrockuptibles. Le défenseur des Bleus a estimé hier que Raymond Domenech était le principal responsable du fiasco de l'équipe de France en Afrique du Sud. Il a déclaré qu'il n'avait ni les compétences, ni les qualités pour être un bon sélectionneur

mercredi 7 juillet 2010

Des fonds israéliens pour une mosquée française


Des fonds israéliens pour une mosquée française
UN BEAU SCANDALE!



Christian Bouchet Éditorial


« L’intégration, c’est quand des catholiques appelleront leur enfant Mohamed », telle est la déclaration qu’a faite, le 1er juillet dernier, sur Canal Plus, au cours de l’émission Le news show, Martin Hirsh (dont les enfants se momment Raphaëlle, Mathilde et Juliette), ancien président d’Emmaüs France, président de l’Agence du service civique et ancien Haut-commissaire aux solidarités actives contre la pauvreté.

Une telle proposition laisse sans voix. Et l’on ne peut que s’interroger sur la confusion intellectuelle de son auteur, à moins que celui-ci soit tout simplement … sincère ! Dans ce cas, il n’aurait fait qu’exprimer, d’une manière sans doute naïve, l’opinion d’une partie de l’hyper-classe à laquelle notre homme appartient.

Cette intégration un peu particulière, un autre représentant de l’hyper-classe à quant à lui choisi de la faciliter. Il s’agit du richissime agent immobilier et promoteur franco-israélien Robert Harush qui a décidé, comme nous en informe le site Ynet de financer la reconstruction d’une des deux mosquées de Montereau (77).

Il est assez étrange qu’il ne soit pas venu l’idée, à cet intéressant personnage qui vit à Ashkelon, ville où les musulmans sont bien moins lotis qu’à Montereau puisque l’unique mosquée de la commune a été expropriée par l’État et transformée en musée, de financer la construction d’un lieu de culte musulman dans sa cité de résidence. Tout au contraire, à Ashkelon, comme nous le précise Ynet, il a fait construite « la plus grande et la plus grandiose synagogue de la ville », ainsi qu’un bâtiment pour les bains rituels.

Mais, comme il le déclare lui-même, Robert Harush est « las de la haine » et il a décidé de faire quelque chose « pour rapprocher les peuples » et pour aider à leur « cohabitation ». En toute logique, il a donc décidé d’investir une somme considérable pour entièrement rénover une mosquée … en France !

Dans les pays anglo-saxons, on nomme réflexe NIMBY (not in my backyard) ce comportement qui consiste à imposer aux autres, au nom du bien commun, ce que l’on n’est absolument pas prêt à accepter pour soi…

Alors, de Martin Hirsch à Robert Harush, de celui qui voudrait que l’on baptis nos enfants Mohamed, mais qui nomme les siens Raphaëlle, Mathilde et Juliette, à celui qui subventionne une mosquée chez nous tout en construisant une synagogue « chez lui », il y a une logique claire qu’il faut être aveugle pour ne pas voir, et stupide pour ne pas comprendre…

mardi 6 juillet 2010

Grandes manoeuvres Juives de séduction à l'égard de l'extrême-droite européenne



Au sein de la communauté juive, beaucoup s’inquiètent des sombres perspectives qui s’offrent à elle. En Israël, où l’évolution démographique, compte-tenu des différences de taux de natalité chez les Juifs et chez les Arabes, va donner arithmétiquement à ces derniers, à plus ou moins long terme (en fait, dans quelques années), une position majoritaire.



Qu’adviendra-t-il le jour où cette masse se révoltera violemment ? La situation est tout aussi inquiétante en ce qui concerne la diaspora : en France et dans bien d’autres pays où l’immigration arabo-musulmane progresse sans cesse, les Juifs ressentent un sentiment d’insécurité. A juste titre car ils peuvent s’attendre à courir de graves dangers si l’impact du conflit du Proche-Orient met le feu aux poudres à l’échelle de la planète, la communauté juive devenant alors la cible de règlements de compte sanglants. Face à ces menaces, qui ne relèvent en rien de la science fiction, certains milieux juifs ont le souci, pour renforcer leur potentiel “militaire” d’autodéfense, de faire flèche de tout bois, y compris en essayant de trouver des alliés – ou plutôt des troupes supplétives, de style “harkis” – au sein de l’extrême droite européenne.



En utilisant un argument simple mais efficace auprès des naïfs : tous ceux qui ont à faire face à la menace arabo-musulmane doivent s’unir à travers le monde, en oubliant d’éventuels griefs qui sont désormais d’importance secondaire.



La stratégie est ancienne. Ceux qui ont vécu l’époque de la guerre d’Algérie peuvent se souvenir de certains faits révélateurs : le soutien apporté par Jean-Marie Le Pen à l’expédition de Suez, à laquelle il participa et qui fut montée pour aider Israël contre l’Egypte ; le rôle, dans le camp “Algérie française”, de Jacques Soustelle, par ailleurs président de l’Alliance France-Israël ; la participation active (et efficace) à l’OAS de Juifs pieds-noirs. Aujourd’hui, avec la présence massive d’immigrés d’Afrique du Nord et d’Afrique Noire, l’argument de “l’union sacrée” entre Juifs et Européens a pris un poids nouveau (d’autant plus nécessaire qu’après la “grosse bavure” contre les navires cherchant à gagner Gaza Israël bat le rappel de ses fidèles).



Cet argument est mis en avant par des gens dont certains sont déjà bien connus au sein de l’extrême-droite européenne et dont d’autres méritent de l’être. Car leurs éventuelles dupes doivent être mises en garde. Passons rapidement sur les plumitifs. Après les ouvrages (par ailleurs bien documentés) d’Alexandre Del Valle (pseudonyme), qui lui permirent d’être bien accueilli dans divers cercles d’extrême-droite (jusqu’au jour où l’on apprit qu’il était invité à prendre la parole aux réunions du B’naï B’rith…), après La nouvelle question juive de Guillaume Faye (2007), qui sema la consternation chez ses plus vieux amis, après le soutien constant apporté à Israël par une presse dite “de droite” – dont le fleuron est sans doute Valeurs actuelles, sous la houlette d’un François d’Orcival qui cherche depuis si longtemps à faire oublier ses engagements de jeunesse – une offensive d’une tout autre ampleur est désormais engagée.



Il s’agit de l’opération Zemmour. Ce journaliste, qui a participé le 13 février 2002, avec Michel Gurfinkiel (de Valeurs actuelles), à une réunion de la loge “France” du B’naï B’rith, est une plume vedette du Figaro et un chroniqueur quotidien très écouté de RTL. Il a le grand mérite d’énoncer sans complexe quelques vérités simples concernant l’immigration-invasion. Par exemple, dans Petit frère (un roman axé sur l’assassinat d’un jeune juif par un jeune arabe, ami d’enfance), il décrit ainsi la France : “Un pays d’Arabes et de Noirs. Des millions et des millions. Ils tirent la France vers le bas. Avec eux, on devient un pays du tiers-monde. Les Français ont peur d’eux. Ils n’osent plus rien leur dire”. Ce qu’il résume par une formule-choc : “Nous vivons la fin de l’empire romain” (Actualité juive, 9 novembre 2006). Tout cela est évidemment bien vu et il est utile de le dire. Mais…



La bonne question est : pour qui, pour quoi roule Zemmour ?



Il rappelle volontiers ses origines : “Mes ancêtres étaient des Juifs berbères” (RMC, 7 janvier 2008). Sa famille séfarade installée en France lors de la guerre d’Algérie, il a vécu son enfance et sa jeunesse à Drancy au coeur de la communauté juive locale, en faisant toutes ses études dans des établissements confessionnels donnant une éducation juive traditionnelle.



Il a appliqué le principe d’endogamie, vital pour toute communauté, en épousant une séfarade, Mylène Chichportich. Il ne cache pas ses liens sentimentaux forts avec sa communauté d’origine (ce qui est bien normal). Lorsqu’a couru le bruit que ses déclarations fracassantes allaient provoquer sa déchéance professionnelle, on a vu se mobiliser beaucoup de gens, en particulier sur le net, pour signer des pétitions de soutien en sa faveur. Est-ce pour cette raison que Zemmour n’a subi finalement aucun ennui ? Nous n’aurons pas la naïveté de le croire.



Nous pensons qu’il y a une “opération Zemmour destinée à susciter au sein de la droite de la droite une sympathie pour le message qu’incarne Zemmour : face à l’immigration-invasion, union sacrée des Européens, des Américains et des Juifs (Israël étant “le bastion de l’Occident” face à l’islam, qu’il faut donc soutenir inconditionnellement).



Ficelle assez grosse, qu’a raison de pointer du doigt Henry de Lesquen : “Zemmour est la sucrette qui fait passer le poison de l’idéologie dominante. (…) Il est devenu une « icône » pour la droite de la droite, pour une foule de braves gens qui s’imaginent sans doute que le salut vient encore aujourd’hui des juifs, comme il y a 2 000 ans”. Qui en profite ? “Le système dans son ensemble, qui a missionné le berger Zemmour pour conduire les brebis de la droite dans les filets du politiquement correct” (La voix des Français, mai 2010).



Sur le plan purement politique, l’opération de séduction fonctionne bien. Assurée par des relais au sein de mouvements d’extrême droite. Ainsi Fernand Cortès, tête de liste dans l’Aude d’une Ligue cache sexe du Bloc Identitaire aux dernières élections régionales a signé la pétition “Raison garder” lancée par des sionistes “de droite”. Il explique ainsi la position du Bloc Identitaire : “Ses relations avec la communauté juive sont bonnes (je suis bien placé pour en parler car je suis à l’origine de leur développement) et elles deviennent excellentes car de très nombreux Juifs deviennent sympathisants du BI et le soutiennent résolument”. Interrogée par des militants au sujet de cette déclaration, la direction du Bloc est restée muette. Qui ne dit mot consent…



Au Front National, Marine Le Pen, elle, a annoncé la couleur : elle est membre du groupe Europe-Israël au Parlement européen, a souhaité (en vain jusqu’à présent) faire pèlerinage en Israël et, si l’on en croit Marc George, ex-secrétaire général d’Egalité et Réconciliation, le mouvement d’Alain Soral, celui-ci a mis en contact Marine avec Gilles-William Goldnadel, ultra-sioniste et “agent israélien notoire” (Rivarol, 14 mai 2010). Quant à Bernard Antony – brouillé avec le FN en raison de certaines prises de position de Marine – il n’a jamais caché qu’en tant que chrétien il était fondamentalement attaché aux sources juives du christianisme – ce qui est parfaitement logique.



Le plus important n’est sans doute pas là. Il est dans le travail d’influence mené par certains agents d’Israël dont le prototype est un certain Patrick Brinkmann. Celui-ci, officiellement citoyen germano-suédois, dispose de fonds très importants censés provenir de sa (grosse) fortune personnelle…



Il a commencé par bien cacher son jeu. Après avoir assisté à la Table Ronde de Terre&Peuple en 2006 et s’être déclaré très favorablement impressionné par cette réunion, Brinkmann avait manifesté la volonté de créer une structure de liaison et de coordination entre le plus grand nombre possible de mouvements identitaires européens, baptisée Kontinent Europa Stiftung (“Fondation Continent Europe”), qui devait prendre l’initiative d’activités internationales axées sur l’identité européenne (voir Terre&Peuple Magazine, n° 32, été 2007). Cette initiative parut tout à fait sympathique et fut donc approuvée par Terre et Peuple, en France, le Thule-Seminar en Allemagne, TierrayPueblo en Espagne. Mais lorsque les dirigeants de ces mouvements proposèrent d’organiser une première rencontre européenne destinée à faire connaître la KES, Brinkmann tergiversa longuement. Tout en manifestant progressivement, en contradiction avec ses premières déclarations, des prises de position tellement ambiguës qu’on pouvait se poser des questions sur ses véritables motivations.



Si bien que Pierre Vial (Terre et Peuple) et Pierre Krebs (Thule-Seminar) décidèrent de rompre leurs relations avec lui. Tout s’éclaira récemment lorsque Brinkmann annonça son intention de financer largement, en Allemagne, certaines campagnes électorales de mouvements “de droite” très hostiles à l’islam, à condition que les organisations profitant de ses largesses affichent leur soutien à Israël. Il a explicité son point de vue en déclarant à une agence de presse : “Notre culture européenne est judéo-chrétienne (…) C’est une chance que le destin des juifs et des chrétiens soit entrelacé (…) J’ai visité Israël, je suis allé à Yad Vashem non comme un touriste mais pour pleurer. (…) Le judaïsme va de pair avec la culture européenne”. Dans la foulée, il a annoncé qu’il organisait pour 2011 un “pèlerinage européen” à Jérusalem, car il faut “une entente entre l’Europe et Israël pour leur survie”. Brinkmann a noué des rapports suivis avec les animateurs de mouvements d’extrême-droite dans divers pays (entre autres, en Autriche et en Espagne, comme cela vient d’être révélé dans ce pays par une revue à grand tirage qui est l’équivalent de Play-boy…), en annonçant vouloir financer leurs campagnes électorales (il a la réputation d’être riche, mais on peut se demander quelle est la véritable origine de ces fonds…). Quel sera, pour ces mouvements, le prix politique à payer ?



Car certains mouvements dits “populistes”, dont les succès électoraux révèlent – et c’est une très bonne chose en soi – une volonté populaire de résister à l’invasion immigrée, se révèlent par ailleurs très perméables à l’influence sioniste. Aux Pays-Bas, le Parti pour la Liberté est en constante progression aux élections. Son chef, Geert Wilders, est allé prêcher aux États-Unis en faveur d’une “alliance des patriotes face à la montée du péril islamiste”. Il a déclaré à New-York en novembre 2009 : “Je viens en Amérique avec une mission. (…) Je soutiens Israël (…) parce que c’est notre première ligne de défense? (…) J’ai vécu dans ce pays et je l’ai visité des douzaines de fois (…) Israël est un phare, une lumière dans l’obscurité de l’Orient, la seule démocratie. La guerre contre Israël est une guerre contre l’Occident”.



Bien entendu ce message a été abondamment relayé en France, sur internet, par les sites sionistes, qui font le forcing pour convaincre les identitaires européens de faire “l’union sacrée”. Parfois en des termes inouïs, qui devraient normalement tomber sous le coup de la loi (mais…). Ainsi, un fou furieux utilisant le pseudo (transparent pour un séfarade) de Charles Dalger appelle au massacre de ceux qu’il appelle les “nazislamiste” (un terme, repris par d’autres agitateurs, dont le caractère obsessionnel est révélateur).



Par ailleurs il y aurait beaucoup à dire sur les relations de chefs de mouvements d’extrême droite, en Autriche, en Italie, au Danemark avec des agents d’influence sioniste.
Soyons bien clairs : est évidente, indiscutable, impérative la nécessité de lutter par tous les moyens contre l’invasion-immigration et nous mettons toute notre énergie dans ce combat pour l’identité et la survie des peuples européens. Mais en étant lucides. Et donc en refusant de nous laisser piéger et manipuler pour servir de troupes d’appoint pour la défense des intérêts juifs, c’est-à-dire une cause qui, légitimement, est celle des Juifs mais qui n’est donc pas la nôtre. »




PIERRE VIAL

lundi 5 juillet 2010

2012: un boulevard pour le FN!


2012: un boulevard pour le FN!

Face à un duel UMP-PS sans saveur, les électeurs pourraient jouer la carte Le Pen.

Il n'est un secret pour personne, ni même qu'il soit besoin d'être un spécialiste en politique pour deviner le scénario qui se dessine à l'horizon; l'horizon 2012 pour être plus précis.

Cette perspective politique serait tout simplement l'offre d'un "piédestal" pour le Front National, suite aux tergiversations politico-économiques actuelles, aux mésententes entre partis quotidiennement ressassés par les médias.

Il pourrait paraître logique après tout que les citoyens lassés d'assister à un duel unique Droite-Gauche, de voir des images de responsables devant se justifier sur telle ou telle action, d'entendre les leaders politiques d'opposition dire leur désaccord permanent avec l'objectif gouvernemental, de faire face en fait à un spectacle désolant sur la scéne politique qui se révéle néfaste pour notre politique jouent la "carte FN".

Changer du tout au tout "pour voir" ! Après tout que pourraient perdre les Français ? Ne seraient-ils pas tentés par une expérience politique nouvelle ?

Je pense qu'il serait grand temps que les élus de tous bords "se resaississent", fassent preuve d' une sincère cohésion, car le FN qui reste silencieux à compter les coups pourrait voir se dessiner devant lui un véritable boulevard, lors du prochain grand rendez-vous.

http://www.lepost.fr/article/2010/07/02/2138158_un-boulevard-pour-le-fn.html

jeudi 1 juillet 2010

Saluts nazis et croix gammées ne seront pas amendés en Suisse


Saluts nazis et croix gammées ne seront pas amendés en Suisse

Faire le salut hitlérien ou arborer une croix gammée en public ne sera pas puni en Suisse. Le Conseil fédéral a renoncé mercredi à son projet de norme pénale contre les symboles racistes, qui visait à les sanctionner d'une amende.

le 30 juin 2010, 13h14

http://www.lematin.ch/actu/suisse/saluts-nazis-croix-gammees-ne-amendes-suisse-295107

Le gouvernement évoque des grandes difficultés d'application pour expliquer sa décision. Il n'est pas possible, selon lui, de donner une définition claire de ces symboles, connus, moins connus, parfois nouveaux.

Or une norme pénale doit être précise. Cela est d'autant plus qu'elle restreint la liberté d'expression.

Et le Conseil fédéral de rappeler les sanctions déjà prévues par le droit actuel. L'utilisation et la diffusion de symboles racistes est punie lorsque ces drapeaux, insignes, slogans et autres saluts représentent une idéologie visant à rabaisser ou à dénigrer de manière systématique les membres d'une race, d'une ethnie ou d'une religion.

Pour être sanctionnée, la personne concernée doit faire publiquement la propagande de cette idéologie. Selon la jurisprudence du Tribunal fédéral, les propos racistes sont publics s'ils n'interviennent pas dans un cercle familial ou d'amis, ni dans un environnement de relations personnelles ou empreint d'une confiance particulière. Les manifestations dont l'accès est contrôlé ou limité sont considérées comme publiques.