lundi 30 août 2010

le local jeudi 2 septembre 2010


POUR AIDER VINCENT, MARINA ET LEURS 8 ENFANTS
Envoyez de l'argent, exclusivement et jusqu'à nouvel ordre, par les moyens suivants :
par mandats-cash à :
Vincent REYNOUARD
N°33034
Maison d'arrêt de Valenciennes
BP 80 455
F-59322
VALENCIENNES CEDEX
ou Virements bancaires à :
Vincent REYNOUARD
N°33034
JBAN : FR 76 1007 1590 0000 0010 1785 969
BIC : BDFEFRPPXXX
Titulaire du compte :
MA Valenciennes
A.P Régie comptes nominatifs
75 rue Lomprez, BP 80455
59322 VALENCIENNES CEDEX
Joindre 1 ou 2 billets dans une enveloppe adressée à :
Marina GODEFROY
Chaussée de Vleurgatt, 107
B-1000 BRUXELLES
BELGIQUE
Cliquer sur le lien :
http://csvr.wordpress.com/

jeudi 26 août 2010

Uyoku dantai, panorama du mouvement national japonais par Christian Bouchet




Le récent séjour de Jean-Marie Le Pen au Japon, à l'invitation d'un mouvement nationaliste local, a fait découvrir à beaucoup qu'une droite des valeurs existait aussi au pays du soleil levant et qu'elle s'intéressait à ses épigones occidentaux. Pour nous aider à connaître son histoire, ses idées et ses projets, il est inutile de faire appel à l'université française : aucune étude ne lui a jamais été consacrée dans notre langue. Les journalistes de la grande presse n'ont pas fait mieux : il n'existe aucun article de fond sur le sujet et les quelques papiers qui ont fleuri dans les gazettes ces dernières semaines se sont caractérisé par leur indigence conceptuelle et par la faiblesse de leurs sources. Pourtant, il y aurait beaucoup à écrire sur l'uyoku dantai (le mouvement national).



Personne ne sera surpris d'apprendre que, tout comme en Europe, la droite radicale japonaise est divisée en de multiples chapelles que les universitaires nippons regroupent en quatre familles cohérentes : la droite traditionnelle (Dento uyoku), la droite du profit (Riken uyoku), la droite délinquante (Ninkyo uyoku) et la nouvelle droite (Shin uyoku).



La droite traditionnelle, apparue à la fin du XIXème siècle, correspond à la fraction la plus réactionnaire du mouvement national. Elle est divisée en deux tendances : la droite théorique (Riron-ha uyoku) et la droite orientée vers l'action (Kodo uyoku). Si la première est constituée de sociétés savantes, de cercles d'études et de think tank, la seconde est toute entière tournée vers un militantisme de type paramilitaire souvent violent qui transparaît clairement dans le nom des groupes qui la constituent (Corps de protection national, Escouades de défense anti-communiste, etc.)



La droite du profit a été crée au lendemain de la deuxième guerre mondiale et est constituée par ceux qui, au nom de l'anti-communisme et de la défense du monde libre, choisirent volontairement de travailler en liaison avec de le Département d'État américain et la CIA. Sa personnalité emblématique est Yoshio Kodama qui fonda le Conseil des groupes patriotiques japonais en 1960 et dont les troupes n'ont cessées d'être actives, jusqu'à nos jours, pour lutter contre tous les adversaires des États-Unis, défendre le traité de coopération et de sécurité Japon-USA, ainsi que pour dénoncer le péril que font courir à l'archipel la Chine, la Russie et la Corée.



C'est aussi à Yoshio Kodama que l'on doit l'apparition de la droite délinquante ou « droite yakuza ». À la recherche de gros bras pour ses actions les plus musclées, il fit des alliances avec des gangs de malfrats qui, voyant l'intérêt qu'ils pouvaient en retirer, se politisèrent et s'enkystèrent dans la mouvance. Leur existence, toujours d'actualité, pose un problème majeur à l'ensemble du courant national qu'ils compromettent par un certains nombres d'actions délinquantes récurrentes dissimulées sous un masque politique : extorsion de fonds, chantages, etc.



Tous ces groupes partagent une idéologie similaire centrée sur culte de l'Empereur et le patriotisme, mais la guerre froide a fait qu'ils ont modéré ce dernier en acceptant l'hégémonie américaine sur leur pays et les traités inégaux signés entre Tokyo et Washington. De plus, leur anti-communisme les a rendus hostile à toute organisation syndicale et inaptes à toute réflexions géostratégiques. Ce qui fait qu'ils se sont progressivement éloignés des préoccupations réelles de leurs concitoyens et que leur audience politique est nulle, ou presque, comme le montre les résultats de leur front électoral le Ishin seito shimpu (Parti de la restauration du vent nouveau) dont les résultats aux législatives furent de 0.077 % en 2001, de 0.18 % en 2004 et de 0.24 % en 2007 !



En réaction contre ce que nous venons de décrire, est née la « nouvelle droite ». Son origine remonte aux troubles estudiantins de la fin des années 1950 et des années 1960. Le 19 janvier 1960 fut signé entre les USA et le Japon un traité de coopération mutuelle et de sécurité. Sa négociation et sa signature furent l'objet de très importante manifestations de la jeunesse et des étudiants encadrés par l'extrême gauche. Celle-ci maintint par la suite comme une revendication récurrente l'exigence son abrogation, et lors du mai 68 japonais (qui s'étala dans les faits de janvier 1968 à janvier 1969) la lutte contre le traité était toujours un point important du programme du Zangakuren (l'UNEF nippone). De leur côté, les droites traditionnelles avaient suscitées la Ligue des étudiants japonais (Nichigakudo), une sorte de GUD à la japonaise, qui s'affrontait quasi-militairement aux gauchistes, tandis que le Conseil des groupes patriotiques japonais mobilisait en faveur du traité. Ce positionnement ne satisfaisait pas, loin sans faut, tous les étudiants nationalistes. Certains d'entre eux, regroupés autour du périodique Ronsho entendaient faire entendre la voix des jeunes patriotes qui étaient opposés au traité et à l'impérialisme américain. En 1968, ils reçurent l'appui de l'écrivain Yukio Mishima sous la direction duquel ils formèrent la Tatenokai (Société du bouclier). Ses membres qui n'hésitaient pas à participer aux débats qu'organisaient l'extrême gauche dans les universités furent immédiatement dénoncés par les droites traditionnelles et de profit comme des « traîtres et des vendus au communisme. » Cependant, le groupe prospéra et, le 25 novembre 1970, il tenta d'inciter les élèves officiers de Tokyo à se soulever pour rétablir l'Empereur dans la plénitude de ses droits. Le coup d'État militaire ayant échouée, les deux principaux dirigeant de la Tatenokai se suicidèrent de manière traditionnelle par éventration.



Les partisans de Mishima ne cessèrent pas le combat et, en 1972, ils fondèrent la Société du premier mercredi (Issuikai), doublé, à partir de 1981, par un groupe activiste, le Front uni des volontaires (Toitsu sensen giyugun) qui dans le cadre d'une politique de troisième voie monta de nombreuses action de commando pour s'en prendre à des objectifs soviétiques et étasuniens (ambassades, consulats, siège d'agence de presse, etc.)



Si l'action du Front uni des volontaires a décru avec le temps, celle d'Issuikai n'a jamais cessée et son actuel dirigeant, Kimura Mitsuhiro, qui n'a jamais renoncé à la pratique des débats avec les groupes d'extrême gauche initiée par la Société du bouclier est fréquemment interviewé par tous les grands médias japonais.



Défendant des thèses assez proches de celle des nationalistes-révolutionnaires européens (comme eux, par exemple, il ne cache pas son admiration pour le Baath de Saddam Hussein) Kimura Mitsuhiro n'hésite pas à déclarer : « Nos seuls ennemis sont l'ambition hégémonique américaine et nos politiciens qui soutiennent les Etats-Unis. Les problèmes récurrents que nous avons avec la Chine ou la Corée, sont dus à des manœuvres des USA. Je suis un nationaliste japonais, et de ce fait je me dois de respecter tous les autres nationalistes, y compris les Chinois ou les Coréens. Les Américains nous parlent de démocratie en Asie, mais que font-ils dans le même temps en Irak ou au Kossovo ? »



Cette déclaration très moderne et très politique, ne doit cependant pas faire oublier que, même au d'Issuikai le militantisme est un engagement qui dépasse la politique et qui s'apparente à une voie de réalisation martiale, c'est l'uyoku ronin do (la voie du militant nationaliste) que décrit Ninagawa Masahiro, un militant de cette société : « Notre combat n'est pas réellement idéologique, il est surtout émotion et passion. Un samouraï n'agit pas de manière logique, deux valeurs conditionnent sa vie : être fidèle et se préparer à bien mourir. Le patriotisme est pour nous passion et émotion. C'est pour cela que les militants de gauche ne peuvent pas nous comprendre et nous prennent pour des fous. »



Christian Bouchet

lundi 9 août 2010

En France, un écrivain, père de huit enfants, est incarcéré pour ses recherches historiques. Et la presse dite "libre" n'en dit rien !


En France, un écrivain, père de huit enfants, est incarcéré pour ses recherches historiques. Et la presse dite "libre" n'en dit rien !

Paul-Éric Blanrue

http://www.lepost.fr/article/2010/08/06/2176581_en-france-un-ecrivain-pere-de-huit-enfants-est-incarcere-pour-ses-recherches-historiques-et-la-presse-dite-libre-n-en-dit-rien.html


Né en 1969, marié et père de 8 enfants, le Français Vincent Reynouard est ingénieur chimiste de formation, issu de l'ISMRA (Institut des sciences de la matière et du rayonnement atomique) de Caen. Il se présente volontiers comme catholique traditionaliste et ne cache pas ses opinions politiques ultra-conservatrices. Mais, surtout, il conteste publiquement, sous la forme de DVD et d’écrits, la version classique de l’histoire de la Seconde Guerre mondiale. ll fait partie de ces chercheurs se proclamant « révisionnistes » et qualifiés de « négationnistes » car ils ne croient pas à l’existence des chambres à gaz homicides dans les camps de concentration allemands.

En 2005, Reynouard écrit et envoie à des syndicats d'initiative, des musées et des mairies un fascicule de 16 pages intitulé « Holocauste? Ce que l'on vous cache », dans lequel il prend le contre-pied de l’histoire académique. La justice française s’abat aussitôt sur lui.

En première instance, il est condamné, en 2007, par le tribunal correctionnel de Saverne (Bas-Rhin) à 1 an de prison ferme, 10.000 euros d'amende et 3.000 euros de dommages et intérêts pour la LICRA. En appel, en juin 2008, la Cour de Colmar confirme la peine de prison et le condamne à un total de 60.000 euros (20.000 euros d'amende + publications forcées et frais divers). Du jamais vu.

Comme Reynouard réside en Belgique, la France lance contre lui un mandat d'arrêt européen pour l'obliger à purger la peine de 1 an de prison ordonnée par la Cour d'appel de Colmar. Le 9 juillet dernier, il est emprisonné par la police belge, en attendant son extradition en France. Ce qui fait dire à l’intéressé : « Quand on ne songe qu’à la mise en prison pour se débarrasser d’un contradicteur, c’est qu’on n’a pas d’arguments. »

Conclusion : un homme de 41 ans, père de 8 enfants, est actuellement emprisonné pour ses recherches historiques, en raison de la loi Gayssot.

Cette loi, promulguée au Journal officiel de la République française le 14 juillet 1990, interdit, dans son article 24bis, le fait de « contester (…) l’existence d’un ou plusieurs crimes contre l’humanité tels qu’ils sont définis par l’article 6 du statut du tribunal militaire international [dit de Nuremberg] annexé à l’accord de Londres du 8 août 1945. »

Dans mon livre Sarkozy, Israël et les juifs (Oser dire, 2009), j’ai rappelé que cette loi liberticide a été vivement critiquée par des personnalités comme l’académicienne française Simone Veil ; le Secrétaire perpétuel de l’Académie française, Hélène Carrère d'Encausse ; les ministres Jean Foyer, Jacques Toubon, Alain Peyrefitte ; les historiens Henri Amouroux, Pierre Vidal-Naquet, Annie Kriegel, François Furet, Alain Besançon, Jacques Willequet et François Bédarida ; la fondatrice de l’Institut de recherche Hannah Arendt, Chantal Delsol ; le prix Nobel d’économie 1988, Maurice Allais ; les écrivains Michel Tournier, Louis Pauwels, Michel Houellebecq, Philippe Muray, Jean Daniel, Vladimir Volkoff, Michel Rachline et Alain Robbe-Grillet ; les magistrats Philippe Bilger, Alain Marsaud et Raoul Béteille ; les juristes Olivier Duhamel, Anne-Marie Le Pourhiet, Emmanuelle Duverger, André Decoq et Guy Carcassonne ; les avocats Jacques Vergès et John Bastardi Daumont ; le philosophe Paul Ricoeur ; l’humoriste Bruno Gaccio ; des défenseurs de la liberté d’expression comme le fondateur de Reporters sans frontières Robert Ménard (qui la dénonce comme une « police de la pensée ») et Gabriel Cohn-Bendit ; les journalistes Dominique Jamet, Delfeil de Ton, Alain Rollat, Albert du Roy, Philippe Tesson, Jacques Julliard et Ivan Rioufol ; ou encore l’ancienne présidente de la Ligue des droits de l’homme, l’historienne Madeleine Rebérioux. À l’étranger, le linguiste américain Noam Chomsky s’en est déclaré l’adversaire absolu. Pour le physicien et intellectuel belge Jean Bricmont, « la loi Gayssot est une régression juridique de plusieurs siècles ». Les présidents Hugo Chavez et Mahmoud Ahmadnedjad ont, quant à eux, condamné sévèrement cette répression.

Il nous incombe désormais de défendre la libre expression dans les faits et non plus seulement en théorie. Pourquoi n’entend-on personne dénoncer publiquement le sort réservé à Vincent Reynouard ? Que font Reporters sans frontières, Amnesty International et Human Rights Watch ? Aucun média, ni français ni étranger, n’a informé l’opinion de cette affaire. Un tel silence est anormal.

Personnellement, j’ai décidé de réagir en tant qu’historien et citoyen, et de faire savoir, par ce communiqué, combien je suis révolté par le fait que, chez nous, on jette en prison un homme pour ses opinions, aussi insolites, stupéfiantes et controversées soient-elles. Un tel traitement est indigne de la France et de sa tradition intellectuelle. La loi n’a pas à intervenir dans la définition de la vérité historique : dans un État libre, cette fonction est celle des historiens. La loi Gayssot, qui restreint la liberté du chercheur, est contradictoire avec la notion d'État démocratique ; c’est une loi scélérate. Je demande en conséquence son abrogation immédiate.

J’espère être bientôt rejoint par des dizaines, des centaines, des milliers d’autres personnes ne pouvant rester indifférentes face à ce scandale qui nuit gravement à l’image de la France et bafoue l’esprit de la République.

Celles et ceux qui veulent cosigner avec moi ce communiqué peuvent m’envoyer leur nom et leurs coordonnées à cette adresse : eugenie.blanrue@laposte.net. Il ne s’agit pas de soutenir les idées religieuses, politiques ou historiques de Vincent Reynouard, mais de défendre son droit à les exprimer. Pour les contester, il suffit d’un débat démocratique, ouvert, franc et loyal.

Nous ferons le point sur ces signatures à la fin du mois de septembre prochain. En attendant, merci de diffuser ce texte au maximum.
_________________

Pour envoyer un mot de soutien à Vincent REYNOUARD :

Monsieur Vincent Reynouard
Prison de Forest
52 avenue de la Jonction
B-1190 FOREST
(Belgique

mardi 3 août 2010

Le mystère des "millions" de Jörg Haider agite les médias autrichiens



VIENNE — Des millions prétendument cachés au Liechtenstein, un journal intime compromettant, une disparition mystérieuse, des liens avec Kadhafi... deux ans après sa mort, révélations et rumeurs sur l'ex-leader d'extrême droite Jörg Haider alimentent le feuilleton médiatique de l'été en Autriche.

La cascade de spéculations a débuté le week-end dernier avec les révélations de l'hebdomadaire Profil: Haider, ancien gouverneur de Carinthie (sud) qui dénonçait régulièrement la corruption des politiques, aurait placé pas moins de 45 millions d'euros au Liechtenstein, sur des comptes de plusieurs sociétés. Il n'en resterait aujourd'hui que 5 millions.

Selon le site internet du magazine Falter, sortant en kiosque ce jeudi, ces informations figurent dans le journal de bord de Walter Meischberger, ancien proche de Haider et ex-secrétaire général de son parti FPÖ. Ces carnets avaient été saisis en février dans le cadre d'une autre enquête sur des soupçons de corruption.

Non seulement Meischberger y évoque les virements vers Vaduz, la capitale de la principauté, mais il révèle également l'origine des fonds: parmi les donateurs pour le FPÖ figuraient le chef de l'Etat libyen Mouammar Kadhafi et les fils de l'ancien dictateur irakien Saddam Hussein.

Il tiendrait ces informations de Franz Koloini, ex-secrétaire du gouverneur de Carinthie, qui aurait admis avoir fait entrer en Autriche d'importantes sommes d'argent.

Au Liechtenstein, les autorités démentent que Jörg Haider, mort à 58 ans dans un accident de voiture le 11 octobre 2008, y ait détenu des comptes. En Autriche et en Suisse, la justice déclare n'avoir aucun élément prouvant l'existence de telles sommes détenues par le leader historique de l'extrême droite autrichienne.

Le parquet de Vienne confirme lui l'existence du journal privé de Walter Meischberger, mais sa véracité reste à prouver.

Franz Koloini explique que ses propos relatés dans le journal intime en question ne concernent que des "rumeurs".

La personne la mieux placée pour savoir si Jörg Haider a procédé à de tels virements - et qui avait elle-même accès aux comptes - est depuis plusieurs années introuvable: Gerald Mikscha, secrétaire particulier de Haider dans les années 1990, a disparu depuis 2004 et avec lui plusieurs dizaines de millions d'euros, avance le quotidien Der Standard. Il vivrait aujourd'hui, selon les quotiens viennois, soit au Paraguay, soit en Suisse sur les rives du lac Léman.

Grâce à son intermédiaire, selon Der Standard, le fils de Kadhafi, Saïf, rencontré lors de ses études en Economie à Vienne, aurait ainsi pénétré le cercle d'amis proches de Haider.

"(Saïf) Kadhafi nous envoyait toujours de l'argent avant les élections, c'était en liquide", a déclaré une source proche de Haider au magazine Profil.

Jörg Haider faisait déjà l'objet de soupçons de corruption, concernant notamment d'éventuelles commissions sur le rachat par la banque HGAA, dont la Carinthie a été actionnaire jusqu'en 2007, de biens et de terrains acquis à bas prix.

Si sur le plan juridique, ces révélations n'ont, pour l'instant, mené à rien de concret, elles auront au moins ouvert le débat sur la nécessaire réforme du financement des partis politiques.

L'Autriche n'oblige pas à publier le montant des dons aux partis ni l'identité des donateurs, jusqu'à concurrence de 7.260 euros. Toute contribution au-delà de cette somme doit être déclarée, mais aucune sanction n'est prévue si les partis ne s'y plient pas.

Une nouvelle loi pourrait voir le jour en 2011.
source:AFP