vendredi 29 octobre 2010

Pays de fous!


Un juge accorde 15.500 € à un demandeur arrivé en Belgique en août : il saisit 4 Peugeot et 15 ordis !


BRUXELLES À la requête d’un demandeur d’asile arrivé en Belgique le 18 août 2010, le tribunal du travail de Bruxelles a condamné l’Agence fédérale pour l’accueil des demandeurs d’asile ou Fedasil à lui verser 500 € par jour – 20.000 francs belges – pour chaque journée lors de laquelle Fedasil ne lui aura pas trouvé un logement, éventuellement d’hôtel, et que le demandeur d’asile, d’origine congolaise, a fait exécuter la condamnation : au bout de 31 jours, il a chargé un huissier de saisir, chez… Fedasil, quinze ordinateurs complets et quatre véhicules Peugeot correspondant à 31 fois 500 €, soit… 15.500 € augmentés des frais divers, pour au total 15.980,75 €. Pour justifier l’astreinte de 500 €/jour, le tribunal du travail estime que “250 € par jour ne suffisent pas”.


Le demandeur d’asile, âgé de 30 ans, est arrivé en Belgique le 18 août. Le 19, il était à l’Office des étrangers et le même jour chez Fedasil qui ne pouvait lui désigner aucun lieu d’hébergement en raison de la saturation du réseau d’accueil.


En Belgique, décide le tribunal du travail, “chaque demandeur d’asile a droit à un accueil qui lui permet de mener une existence conforme à la dignité humaine”. 


Or, l’avocate explique que, “depuis son arrivée dans le royaume, (mon) client est complètement délaissé et se retrouve dans le plus grand désarroi”; qu’en effet Fedasil “s’est contenté de lui remettre un livret avec un certain nombre d’adresses utiles […], ce qui est absurde dans la mesure où (mon client) ne connaît pas la ville et personne pouvant lui venir en aide”; qu’il “est par conséquent contraint de dormir dans la rue et s’y trouve toujours actuellement, dans un état physique et psychique désastreux”. 


En condamnant Fedasil à lui verser 500 €/jour depuis le 19 août, la vice-présidente Fabienne Bouquelle ajoute que “les ministres responsables doivent veiller à ce que Fedasil dispose des moyens nécessaires. […] L’astreinte doit être suffisamment élevée pour forcer l’Agence fédérale à exécuter sa tâche.” 


Et le demandeur d’asile a envoyé l’huissier chez Fedasil pour y procéder à la saisie de quinze ordinateurs et quatre Peugeot dont voici les plaques : TVN.340, 746.AMV, 450.AMV et XXP.418 !
Gilbert Dupont


mercredi 20 octobre 2010

Olivier Besancenot soutient les Supras


Le chef du parti NPA (Nouveau Parti anticapitaliste) Olivier Besancenot soutiendrait l'ex-association du Paris Saint-Germain de la tribune Auteuil, les Supras Auteuil 91.

Lors d'une manifestation devant le Sénat, la figure emblématique de l'extrême gauche s'est pointée devant le Sénat avec une veste des Supras Auteuil. Cette veste anciennement disponible à la table des Supras lors des matchs au Parc a fait du chemin pour arriver jusqu'aux épaules d'Olivier Besancenot. Nul doute qu'il n'a pas lui-même acheté la veste, mais le clin d'œil peut faire sourire.

Mais pourquoi Besancenot portait-il cette veste lors d'une manifestation ? Envie de choquer le gouvernement ? Besancenot soutiendrait-il juste cette association qui était notamment connue (chez les politiques) pour abriter en son sein des membres d’extrême gauche et des « jeunes de cité » ?

mardi 19 octobre 2010

Marseille devient une ville poubelle…

Après les émeutes urbaines, voici une autre vision décadente de la société post-moderne. Depuis Mercredi, Marseille, la deuxième ville de France est devenue une ville poubelle ou les immondices s’entassent à ciel ouvert dans l’indifférence générale des pouvoirs publics.
Les poubelles commençaient depuis quelques jours à s’entasser dans les rues de Marseille, où les éboueurs du secteur public sont entrés en grève reconductible à l’appel du syndicat Force Ouvrière pour obtenir le retrait du projet de réforme des retraites.
Mardi soir, après la journée nationale d’action sur les retraites, le syndicat Force Ouvrière des territoriaux de la ville de Marseille et de la communauté urbaine Marseille Provence Métropole, majoritaire, a voté “la grève totale jusqu’au retrait du plan gouvernemental”.
Aucun camion-benne n’est sorti des dépôts mercredi dans les 12 arrondissements de la ville où la collecte des ordures ménagères est assurée par le public, sur 16 au total.
Les poubelles, qui ne sont plus ramassées depuis deux jours, commencent donc à s’entasser sur les trottoirs, à l’instar de ce qui s’était passé en 2003 lors de la dernière réforme des retraites. Il est évident que si vous petes étranger et que vous avez l’intention de visiter la Provence, en ce moment ça va pas sentir la lavande…
Le spectre d’un blocage total se dessine donc. Au milieu de tout ça, pris en otage entre les tactiques politiciennes des syndicats, les casseurs dégénérés (qui tappent sur tout et n’importe qui), et un pouvoir sarkozyste aux abois (qui se permet encore de donner des leçons au français) on a un citoyen complètement désemparé au milieu de ce chaos qui se prend à rêver d’un grand coup de balais dans les ordures…






Au delà des problèmes sociaux engendré par le bras de fer avec le gouvernement, ce type de situation évoque un des pires scénario catastrophe pour le 21ème siècle : le spectre de la Tiers Mondisation de l’Occident décadent… 

Jeudi 21 octobre, au Local :

Jeudi 21 octobre, au Local :

Podcast de l'émission du 17 octobre 2010

Podcast de l'émission du 17 octobre 2010

dimanche 17 octobre 2010

Pour une bonne nouvelle c'est une bonne nouvelle




Eh oui, il suffit d'être né là où il faut!!!!!!!!!!!
 
 Au moment de la réforme des retraites, et en ce jour de manifestation, certains n'ont pas à se faire de soucis !
 
Le groupe LVMH dirigé par Bernard Arnaud, grand ami de notre  président, accueille deux petites nouvelles au sein de son conseil  d'administration :
 Mme Bernadette Chirac , jeune espoir de la finance française, grande spécialiste du luxe à travers le monde (!), est nommée au conseil d'administration de LVMH.


 Mme Florence Woerth , femme du ministre du budget est nommée au conseil de surveillance de la société Hermès, filiale de LVMH.
 
Gageons que ces nominations assureront à leurs maris une  partie de leur retraite et ne les obligeront pas à travailler jusqu'à 67 ans.
 
Mme Woerth était déjà en charge de la gestion du patrimoine de Liliane Bettancourt, 1ère fortune de France !!! Petit détail : la participation au conseil d'administration  d'une grande entreprise donne droit à des "jetons de présence" venant rémunérer ce pénible travail .
 Ainsi, Mme Chirac recevra 650 000 Euros par an en juste retour  de son dévouement à la cause du luxe français et Mme Woerth 400 000 Euros !


 Calmez-vous ! Tout est en règle, tout est légal.
C'est simplement la vie normale de gens qui "se lèvent tôt" et qui "travaillent plus pour gagner plus"
 
Et puis, c'est rassurant de voir que l'on s'occupe de l'emploi des seniors !!!
 
Alors, ne gardez pas cette très bonne nouvelle pour vous!!!!!!!!!!!!!

vendredi 15 octobre 2010

L'APPEL NATIONAL A LA SECESSION...


Contre l’Europe de Bruxelles :
Appel national à la sécession

 
Partisans de l’Europe de la puissance ou partisans de l’Europe des Nations, il ne nous est plus possible d’accepter ce qu’est devenue aujourd’hui l’Europe.
Les récents propos d’une arrogance inouïe de la commissaire poli tique luxembourgeoise quant à l’affaire des Roms sont la goutte d’eau qui a fait déborder le vase.
■ Sur le plan économique, l’Europe n’est rien d’autre qu’une zone de libre-échange sur le modèle anglo-saxon, incapable de défen dre les intérêts  de ses peuples face à la mondialisation, incapable d’ériger les nécessaires frontières commerciales qui permettraient de protéger les industries et les emplois européens.

■ Sur le plan financier et bancaire, l’Europe a abandonné toute indépendance face aux intérêts de la finance internationale et s’est placée sous le contrôle d’une Banque centrale qui ne tire sa légiti mité que d’elle-même.

■ Sur le plan militaire, l’Europe, dont la plupart des membres ap partiennent à l’OTAN, est une vassale des Etats-Unis.

■ Sur le plan identitaire, l’Europe se révèle incapable de protéger la substance de ses peuples et accepte, voire encourage l’invasion de notre terre.

■ Sur le plan culturel, l’Europe subit la pire des déculturations au profit d’une sous-culture cosmopolite et américanisée.

■ Sur le plan diplomatique, l’Europe, à la remorque des Etats-Unis, ne pèse rien.

■ Sur le plan institutionnel, des nains bruxellois hautains préten dent dicter leurs décisions aux peuples, relayés par des politiciens complices qui méprisent souverainement la volonté populaire, comme nous l’avons constaté en France avec le traité de Lis bonne.

Dans le même registre anti-démocratique, Bruxelles prétend dres ser les peuples européens en imposant une "charte des droits de l'homme européen" parfaitement liberticide.
Cette situation ne peut perdurer. L’Europe de Bruxelles trahit les peuples et les Nations qui la composent. Pour paraphraser Caton l’Ancien, Europa Brusselis delenda est, l’Europe de Bruxelles doit être détruite. La raison, l’honneur et la survie de nos peuples exi gent que nous entrions en sécession.
Nous voulons que la France fasse sécession et se retire de l’Union européenne telle qu’elle existe aujourd’hui et souhaitons qu’elle entreprenne aux côtés des forces saines des nations européennes la reconstruction d’une nouvelle Europe respectueuse de ses iden tités et des intérêts de ses peuples.

Reproduisez et diffusez ce tract

mercredi 13 octobre 2010

Victoire: la justice remet en liberté René Galinier

 Le juge de la liberté et de la détention de Béziers vient de décider cet après-midi de remettre en liberté René Galinier. Ce retraité de Nissan-lez-Ensérune est écroué pour une double tentative d'homicide volontaire, après avoir grièvement blessé, le 5 août dernier, deux jeunes cambrioleuses qui s'étaient introduites à son domicile.

dimanche 10 octobre 2010

Émission n°19 : "L'Ukraine : une nation européenne inachevée ...

tribune libre : Galinier, Reynouard : même combat !

tribune libre : Galinier, Reynouard : même combat !

9YG95FCAYJGTU5CA5UTWU4CA71BXUUCALJ1084CA5JXAJ5CASVCKZFCAEMHJCBCACCE58OCAN4U72BCAV62X6OCAMVBBYFCAKNFK49CACLXFVBCAXF6TB5CADBCXHWCAC3CO45CADT50T3CAW237P6.jpgPar Thomas Joly - Secrétaire général du Parti de la France
René Galinier, septuagénaire qui s’est défendu contre deux Gitanes qui le cambriolaient en leur tirant dessus, croupit depuis le 5 août dans les geôles de la République, malgré trois demandes de remises en liberté notamment justifiées par le cancer dont il est atteint. Ses deux « victimes » sont sorties depuis longtemps de l’hôpital, l’une d’entre elles étant même repartie faire un court séjour « au pays » avant sûrement de revenir très bientôt en France pour nous enrichir de sa diversité.
Vincent Reynouard, père de 8 enfants, goûte lui aussi, depuis le 19 août, à l’hospitalité de la prison républicaine, pour avoir enfreint la loi Gayssot qui interdit toute contestation ni même discussion n’allant pas dans le sens de la vérité officielle sur une période particulière de l’histoire de la Seconde Guerre mondiale ; autrement dit pour un délit d’opinion.
Étonnamment, alors que les prisons sont sursaturées à tel point que les peines « alternatives » à la détention (bracelet électronique ou liberté sous contrôle judiciaire) sont très souvent accordées par de bienveillants magistrats à toutes sortes de crapules généralement exotiques, multirécidivistes, prédateurs sexuels compris, la plus grande sévérité frappe un vieil homme qui n’a fait qu’exercer son droit à la légitime-défense et un historien qui a une vision différente de la version officielle protégée par une loi scélérate interdisant d’en débattre.
Si René Galinier dispose de soutiens relativement médiatisés - même des élus UMP s’y « risquent » - au sein de la « mouvance » nationale, un silence assourdissant entoure la scandaleuse incarcération de Vincent Reynouard. De la part des médias du Système, rien d’étonnant à ce qu’ils ne soient pas très à l’aise avec cette « victoire » judiciaire qui pourrait, si les Français en étaient largement informés, les interpeller sur cette surprenante sévérité pour délit d’opinion et susciter quelques interrogations sur le sujet litigieux ainsi que sur les objectifs réels d’une loi qui porte atteinte à la liberté d’expression aux pays des droits de l’homme. En revanche, les réactions sont assez timorées au sein de la droite nationale alors que la dénonciation de la loi Gayssot y rencontrait plutôt jusqu’alors un consensus généralisé. Pourtant, comme on ne demande pas aux partisans de la libération de René Galinier de justifier le canardage de Roms, il ne s’agit pas de soutenir les thèses « interdites » de Vincent Reynouard mais de s’opposer à la loi liberticide qui le condamne à de la prison ferme pour délit d’opinion. Mais l’illusoire recherche de respectabilité semble être passée par là et la grande mode chez certains est de donner le maximum de gages aux maîtres du temps pour espérer une hypothétique reconnaissance médiatique et électorale, quitte même à en rajouter et à hurler avec loups.
Il faut pourtant voir dans ces deux injustices emblématiques une lourde offensive contre les défenses immunitaires du peuple français. Voici les deux objectifs du Système : d’une part, dissuader toute velléité de légitime-défense face l’insécurité liée à la colonisation migratoire de notre pays ; d’autre part, restreindre la liberté de penser et de s’exprimer en encadrant judiciairement celle-ci afin qu’aucun dogme établi ne puisse être mis en doute. Car aujourd’hui c’est la Shoah, demain ce seront l’immigration, l’avortement, l’homosexualité, l’islamisation, etc. qui ne pourront faire l’objet d’un avis autre que celui imposé par les kapos de la pensée unique sous peine d’être condamné et écroué. C’est déjà d’ailleurs plus ou moins le cas puisque ces différents sujets doivent généralement être traités avec la plus grande prudence sous peine de tomber sous le coup de la loi républicaine.
La riposte doit donc être globale. A moins d’accepter la castration physique et mentale du peuple français.
Libérez Galinier ! Libérez Reynouard !

mardi 5 octobre 2010

Les USA s'excusent d'avoir inoculé sciemment des MST à des Guatémaltèques



http://www.lalibre.be/getafpmedia.phtml?id=53958860Washington a présenté vendredi des excuses à des centaines de Guatémaltèques infectés par des maladies sexuellement transmissibles dans le cadre d'une étude menée par le gouvernement américain il y a plus de 60 ans et qualifiée de "crime contre l'humanité" au Guatemala.
L'étude, menée de 1946 à 1948 au Guatemala, était "clairement contraire à l'éthique" et "répréhensible", ont déclaré la secrétaire d'Etat Hillary Clinton et la ministre de la Santé Kathleen Sebelius.
Environ 1.500 personnes ont participé à cette expérimentation qui avait pour objectif de déterminer si la pénicilline, dont on commençait tout juste à se servir, pouvait être utilisée pour prévenir des maladies sexuellement transmissibles (MST).
Les chercheurs avaient choisi comme cobayes des personnes vulnérables, y compris des malades mentaux, et ne les ont informées ni de l'objet de leur recherche, ni de ce qui allait leur arriver. Ils les ont encouragés à transmettre des maladies sexuelles et n'ont pas traité ceux d'entre eux qui ont contracté la syphilis.
Au moins l'un des patients est mort pendant que l'étude était menée, sans qu'il soit établi si l'expérience est elle-même à l'origine de son décès.
"Ce qui est arrivé à l'époque est un crime contre l'Humanité et le gouvernement se réserve le droit de porter plainte", a réagi le président guatémaltèque Alvaro Colom, qui a été informé jeudi par Mme Clinton.
http://www.lalibre.be/getafpmedia.phtml?id=53958863"Bien que ces événements aient eu lieu il y a plus de 64 ans, nous sommes révoltées qu'une recherche aussi répréhensible ait pu être menée en invoquant la santé publique", écrivent encore les deux ministres.
"Nous regrettons profondément que cela ait eu lieu et présentons nos excuses aux personnes qui ont été affectées par des pratiques de recherche aussi répugnantes", poursuivent-elles, annonçant le lancement d'une vaste enquête.
"Cela est choquant, tragique et condamnable", a dit de son côté le porte-parole de la Maison Blanche, Robert Gibbs, indiquant que le président Barack Obama devait dans la soirée joindre par téléphone son homologue guatémaltèque pour lui présenter "personnellement ses excuses".
L'étude était financée par une bourse des Instituts américains de la santé (NIH) accordée au Bureau sanitaire panaméricain, devenu ensuite l'Organisation panaméricaine pour la santé.
Dans un premier temps, les chercheurs ont inoculé la syphilis ou la blennorragie à des prostituées, les laissant ensuite avoir des rapports sexuels avec des soldats ou des détenus.
Dans une deuxième phase, "voyant que peu d'hommes étaient infectés, l'approche de la recherche a changé et a consisté à inoculer (ces maladies) directement à des soldats, des prisonniers et des malades mentaux", selon des documents décrivant l'étude.
Francis Collins, directeur des Instituts nationaux de la santé (NIH), a qualifié l'étude de "profondément inquiétante", parlant "d'un exemple révoltant d'un chapitre noire de l'histoire de la médecine". Il a souligné que le directeur de la Santé américain de l'époque, Thomas Parran, avait été vraisemblablement mis au courant de l'expérimentation.
Le sénateur hispanique Robert Menendez a jugé lui qu'elle constituait l'une "des périodes les plus noires" de l'histoire des Etats-Unis. "Aucun être humain innocent ne devrait être traité comme un rat de laboratoire, quelque soit sa nationalité".
L'étude, qui n'a jamais été publiée, a été rendue publique cette année après qu'une professeur du Wellesley College, Susan Reverby, soit tombée par hasard sur des documents d'archives mentionnant l'expérimentation menée par le docteur controversé américain John Cutler.
http://www.lalibre.be/pictures/logoafp81x45.gif

conférence jeudi 7 octobre au "local"

Lemovice - Oi! Bombage (Lanterne Rouge)

dimanche 3 octobre 2010

OAS

Ce vendredi 01 octobre le comité d'Organisation de l'Aquitaine Secrète a perturbé la projection du film partisan, diffamatoire et anti-français "Hors la loi", prévue dans le cinéma Megarama de Bordeaux Bastide.

Cris, dispersion de liquide ménager et de tracts ont salué comme il se doit un film arrogant, signe d'une immigration de conquête et de revanche.

"Hors la loi" est aujourd'hui le symbole médiatique et subventionné de l'immigration invasion et de la trahison des élites politiques acquises à la version de l'histoire d'un ennemi qui n'a, lui, rien renié, rien amendé, rien regretté, du sort des pieds noirs et des harkis assassinés, torturés et exilés de leur propre terre.

Aujourd'hui comme hier, face à la trahison et à l'invasion, doivent se dresser des résistants.

Agissant en solidarité avec les différentes initiatives réalisées à travers la France contre la projection de ce film, l'Organisation de l'Aquitaine Secrète prévoit et annonce de nouvelles actions futures.