vendredi 11 février 2011

RIP frédéric Rabiller

Il se disait en guerre "contre la répression routière". Frédéric Rabiller, postier de métier, avait détruit une dizaine de radars automatiques en 2007. Il devait comparaître en correctionnelle au mois d’avril. Il s’est donné la mort cette nuit.

La mystérieuse "Fraction nationaliste armée révolutionnaire", c’était lui. Et lui seul... "Une création inoffensive de son cerveau", selon son avocat. Pas si sûr : c’est au nom de la FNAR qu’il avait détruit une dizaine de radars automatiques, voici quatre ans. Il devait d’ailleurs être jugé en avril.
Mais Frédéric Rabiller ne comparaîtra jamais en correctionnelle. Il s’est donné la mort cette nuit. En absorbant des médicaments.
Ce jeune postier, d’une trentaine d’années, devait être jugé devant le tribunal de grande instance de Paris pour "destruction d’engins d’utilité publique, et fabrication et détention de substances entrant dans la fabrication d’explosifs en relation avec une entreprise terroriste".
Après avoir détruit sa dizaine de radars, il avait écrit au ministère de l’Intérieur et à Paris-Match pour exposer des revendications assez floues - abaissement de la fiscalité et moins de répression - et exiger une rançon de quatre millions d’euros.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.