lundi 24 juin 2013

communiqué de Serge AYOUB

Suite à la campagne d’incitation à la haine et à la violence contre Troisième Voie lancée par le 1er ministre Ayrault qui parle de nous « tailler en pièces » et du ministre de l’intérieur Valls qui cautionne et justifie la violence des antifas « qui luttent d’une manière ou d’une autre » contre les idées considérées d’extrêmes droites, nous, patriotes, subissons de la part de l’extrême gauche une avalanche de violence contre les nôtres. Ce week end, près d’Agen, nos anciens militants de Troisième voie, qui dans un dernier baroud d’honneur avant la dissolution effective de notre mouvement, collaient leur restant d’affiches ont été attaqués par une bande de nervis sortis d’un festival punk, ivres d’alcools et confortés par les provocations de Ayrault. Ces brutes alcoolisées ont agressé à 8, les 3 colleurs et leurs deux compagnes.

Heureusement le courage et la justice ont eu raison de la haine et du nombre, mais depuis les médias se déchainent contre ceux qui n’ont fait que se défendre d’avoir collé des affiches et de refuser de se laisser battre.

Malheureusement la campagne de haine et de violence se propage et se généralise sur toute la France : il y a trois jours le local de nos camarades dans la Somme, à Estrées-Mons recevaient plusieurs impacts de balles sur la façade et essuyait dans la nuit un cocktail molotov, pire à Picquigny, la nuit dernière, un autre local, identifié comme accueillant des patriotes, a subi un incendie criminel, et tout cela dans l’indifférence générale.

La violence systématique des antifas s’exerce en toute impunité, sur tout le territoire et contre tous, la semaine dernière le local du Front national à Nantes était mis à sac, ce dimanche c’est Paris qui était livré à des bandes armées et masquées qui ont vandalisés le centre de la capitale au vu et au su de tous, aujourd’hui c’est au tour de la permanence du PS du XXème à Paris d’être mise à sac par les antifas !

Quand le gouvernement réagira-t-il ? Quand les violences et la haine seront-elles stoppées ? Faudra-t-il un nouveau drame ?

Serge AYOUB